x
français عربية
[fr]
 

Une passion, un combat

Web responsable

Accès au web à tous

Mon objectif est de rendre le web à portée de main. Ici, vous ne trouverez pas de sensationnel, produit de l’imaginaire de Disney ou du fantasme des success-stories. Alors voilà, il était une fois, une princesse qui distribuait des bisous et qui flirtait avec Mark Z. Je plaisante.

Depuis 10 ans, le web, c'est ma grande passion. Je lis avec énormément d'intérêt la documentation spécialisée (sites web et livres). Lesquels véhiculent des valeurs qui animent toujours plus mon enthousiasme de faire un Web qui a du sens. Une fois que j'ai terminé de consulter un livre, je me rends sur le site de l'auteur. Et là, ma déception est grande. Ces idées qui étaient si bien traitées ne semblent pas être appliquées.
Si des auteurs, pour qui c'est le métier, ne vont pas au bout de leur démarche, je ne vois pas comment on peut améliorer le web. Il est difficile d'attendre des non-avertis qu'ils résolvent des problèmes relevés par les professionnels du web. Peut-être ces derniers restent-ils dans le confort de la théorie. C'est dommage, ces idées sont réalistes ... et viables.

Le logiciel, comme toutes les technologies, est intrinsèquement politique. Le code reflète inévitablement les choix, les préjugés et les désirs de ses créateurs. Jamais Cascio

L'idée de wEbthics est de proposer une expérience Web toujours plus optimale selon une ligne directrice : le contenu à portée de main.
    Pour cela, j'ai développé 3 points fondamentaux.
  1. Responsive (tout appareil : tout format, résolution, navigateur)
  2. Multilingue et
  3. selon un artisanat web (respect et savoir-faire).

merci d'avoir consulté ce site شكرا لك على زيارة هذا الموقع

⠓⠁⠃⠕⠥⠊⠃⠕⠥⠊
 

99.99 % DIY Code

artisanat Web

J'ai entièrement céée ce site de A à Z. No copier-coller. No template.

Ce site est une création web originale et artisanale. C'est une plateforme indépendante.

Quand j'ai commencé ce site, j'étais loin d'imaginer qu'il aurait fallu des mois (années) pour le concevoir, le créer, le façonner, l'améliorer. Partir d'une feuille blanche avec seulement un éditeur de texte, un terminal et un serveur local relève d'un défi d'envergure. Ce n'est certainement pas parfait, mais l'intention de faire, de faire au mieux, est là. Et cela exige une détermination sans faille et un investissement en temps considérable.
À en croire toutes les ressources, articles, tutoriels, documentations ... web et bibliographiques, on pourrait croire que c'est accessible et facile. Il suffit de se servir. D'autant plus que cette illusion est renforcée par une croyance ; récupérer un template et bidouiller des feuilles CSS ou ajouter des effets jQuery donne l'impression de savoir faire un site. Car après tout le site est là, il existe. Mais en réalité, ce serait comme changer le moteur d'une voiture ou lui repeindre la carrosserie. Je ne pense pas qu'un mécanicien prétende créer des voitures. La voiture est déjà existante. Il la répare, l'améliore, récupère des pièces détachées ...

Prenez conscience qu'Internet nous donne l'illusion omniprésente de la connaissance instantanée.
Barry W. Cull

Plus que jamais, je suis partisane de l'artisanat web. Design et intégration (Sass, jQuery, PHP ...), le tout en responsive et multilingue. Tout est concocté maison. Et non, je ne fais pas de steak imaginaire. Je ne suis pas magicienne.
Au bout de 9 ans, vous savez ce que j'ai compris ? Les ignorants sont bénis !
Cypher, Matrix

Qui ?

Zade Belrit, Artisane web

Ergnome Web.

Designeuse Web. Intégratrice et rédactrice par nécessité.

Je fais de la curation pour rédiger des articles et organiser des débats .

Quoi ?

Tisser la toile au fil des liens.
wEbthics est un espace d'échanges pour rendre le web plus responsable.

À ce jour, j'ai créé 694 fichiers à la mano (wEbthics et [Klione] confondus).

Cela représente des dizaines de milliers de lignes de code, une cinquantaine de productions visuelles et des tonnes de décisions.
Je finis sur une citation qui m'inspire,
Au lieu de penser, on se fait des idées.
Louis Scutenaire

merci d'avoir consulté ce site شكرا لك على زيارة هذا الموقع

⠓⠁⠃⠕⠥⠊⠃⠕⠥⠊
x

Décrivons le parcours qu'entreprend l'utilisateur web pour trouver l'information qui l'intéresse.

Sur une page web, l’utilisateur est confronté à une multitude d’informations qu’il est obligé de traiter en l’état. La page web est imposée à l'utilisateur. Il n'a pas le choix, sauf celui de ne pas la lire du tout.

Information, au sens psychologique, regroupe tous les stimuli, signaux auxquels l’observateur est exposé. Sur le web, cela représente tout ce qui s’affiche à l’écran lorsque l’utilisateur consulte une page (sur son ordinateur par exemple), mais pas seulement. Cela comprend aussi les éléments de son contexte environnant (luminosité, débit, bruit ...) Aujourd'hui, l’attention est de plus en plus difficile à atteindre dans un monde où les distractions sont partout.

Cheminement laborieux

L'utilisateur web accède à un site à partir de son ordinateur. S’affiche alors une page différente de celle qu’il a consultée quelques secondes plus tôt (celle de son moteur de recherche ou d’un autre site). Face à cette nouvelle interface, l'utilisateur web est chargé de prendre une décision, il doit agir (rester sur cette page ou la quitter). Pour cela, une suite d'opérations mentales se produisent. Il s'agit pour l'utilisateur de percevoir les informations, de raisonner en fonction et de les mettre en pratique. Les mécanismes, auxquels il fait appel, sont appelés processus cognitifs. Une fois arrivé sur cette page, il a déjà basculé d’une interface à une autre. Les informations s'amassent et les processus cognitifs se multiplient. L'utilisateur se fatigue et pourtant il lui reste encore à sillonner la page sur laquelle il a décidé de rester.

IC = P + M (Interaction Cost = Physical + Mental effort)

Biais cognitifs et informations erronnées

Pour optimiser son rapport à l'information, l'utilisateur répond à des automatismes inconscients, les biais cognitifs. Ces mécanismes permettent à l'utilisateur web de traiter simplement les informations et d'agir rapidement. Ils interviennent comme des raccourcis mentaux. Mais ces biais influencent la pensée rationnelle, le raisonnement logique. Car traiter simplement des informations amène à des interprétations et agir rapidement à des erreurs (de jugement).
Sur une page web, toutes les aptitudes (sensorielles, mentales et physiques) de l’utilisateur web sont activées et travaillent en corrélation. Le but est de décoder cette nouvelle interface.

Le traitement de l'information, la prise de décision et le passage à l'acte se font de manière intuitive. Cette intuition, c'est le résultat de processus cognitifs (perception, raisonnement, émotion ...) couplée à des biais cognitifs ( illusion de contrôle, ancrage mental, biais d'immunité à l'erreur ...) et basée sur la connaissance tirée d'expériences antérieures (apprentissage, conditionnement). Le cerveau humain a un potentiel immense, mais il reste humain. L'apanage l'erreur est humaine prend alors tout son sens. Le problème est que sur une page web, ces erreurs semblent davantage être démultipliées que réduites. Principalement, au moyen de techniques de persuasion manipulant les biais cognitifs.

L'image ci-dessous représente les biais cognitifs impliqués dans le traitement de l'information. Plus d'une centaine ont été répertoriés. Ils sont regroupés selon 4 problématiques auxquelles l'utilisateur web doit constamment faire face.
  1. La capacité de sa mémoire | De quoi devons-nous nous rappeler ?
  2. Sa façon de gérer l'information | Trop d'informations
  3. Sa compréhension | Pas assez de sens
  4. Son sentiment d'urgence | Le besoin d'agir vite

La charge de traitement mental, nécessaire pour utiliser votre site, affecte la facilité avec laquelle l'utilisateur trouve du contenu et accomplit des tâches
NNgroup

Perception alternée, biais cognitifs renforcés

Dans un environnement comme le web, la perception est différente. Les sensations (stimuli) gustatives, olfactives, tactiles sont inexistantes et les indications sonores sont rares. L'utilisateur web ne peut capter l'information qu'à travers les signaux visuels. Malheureusement, ces signaux peuvent suggérer à l'utilisateur une fonction différente des véritables caractéristiques de l'objet. Par exemple, un lien qui ne change pas d'état au survol ne sera pas perçu comme tel. C'est l'affordance erronnée . À cause d'une perception altérée, les biais cognitifs apparaissent davantage comme des points de repère pour l'utilisateur web.
Dès le premier contact avec une interface web, l'utilisateur traite l'information. Il procède à une identification, une catégorisation incessante. Il investit alors toute son attention. Le but pour lui est de dissocier les informations qui pourraient lui être utiles de celles qui ne le sont pas.

La catégorisation dessine le panorama d'une situation. Elle procure le sentiment de comprendre, de détecter des éléments non observables, d'anticiper les conséquences d'événements (attendre une confirmation après s'être inscrit à une newsletter) ou le résultat de ses propres actions (si l'utilisateur clique sur un bouton, il sera redirigé vers une autre page). La catégorisation aide à tirer des conclusions et à faire des hypothèses sur l'évolution probable d'une situation nouvelle.
L'analogie, cœur de la pensée Douglas Hofstadter & Emmanuel Sander, 2013

Sur une page web, l'utilisateur procède de la façon suivante,

    En haut

  1. global : logo et menu
  2. puis en détail : rubriques, sous-rubriques
majoritairement intéressant

    Sur les côtés

  1. global : liens vers des pubs, réseaux ?
  2. puis en détail : effectivement, publicités animées ou non (liens externes) et icônes des réseaux sociaux (liens externes mais toujours à propos de la page web en question)
inintéressant

    Au centre

  1. global : texte
  2. puis en détail : pubs, liens, pop-up intempestive, du texte (dispersé au milieu de tout ça)
partiellement intéressant

    En bas

    (si l’utilisateur parcourt la page entièrement)
  1. global : newsletter et pied de page
  2. puis en détail : texte, inscription à la newsletter, liens internes, liens externes, liens externes mais toujours à propos de la page web en question, encadré pour cookies
partiellement intéressant

Habitudes = pseudo solution

Pour poursuivre sa navigation, l’utilisateur web aguerri peut compter sur ses habitudes. Il a passé d'innombrables heures à apprivoiser le web et ses outils (apprentissage des touches du clavier, navigation fastidieuse sur beaucoup de sites ...) C'est l'apprentissage externe. Toutes ces précieuses heures, il ne les compte pas, car c'est un passage obligé. Il n'y a pas de raccourci. Alors vaut-il mieux ne pas songer à ce qu’il aurait pu faire de ce temps. Mais maintenant, il peut naviguer seul selon un schéma mental prédéfini. En autonomie ? Non, n’exagérons rien.

Un modèle mental est ce que l'utilisateur croit du système en place.
NNgroup

Action > réaction

Les réactions acquises par apprentissage et habitude deviennent des réflexes lorsque le cerveau associe un stimulus et l'action qui suit. C'est le conditionnement. Ce phénomène d'acquisition permet de développer et d'adopter des réactions adaptées à ce nouveau système. Malheureusement, sur le web, il peut s'avérer long et pénible.
Le voici déjà submergé de stimuli, de signaux, d’informations que l’utilisateur web n’a pas encore trouvé l’information qui l’a fait venir jusqu’ici. Pourtant, elle est là, à portée de main. Accessible ? Non, il doit encore traiter de nombreuses informations.

Des informations indissociables du parcours

  1. Branding
  2. Langue
  3. Terminologie et formats
  4. Interactivité ou comportements des composants interactifs (bouton, icône, barre de formulaire ...)
  5. Non-linéarité de la lecture (l'hyperlink interrompt la lecture de la page, c'est l'hyper reading)
  6. Convergence des contenus (texte, image, audio, vidéo, pdf, datavizualisation ...)
  7. Contextes environnants (notifications Desktop et mobile, interactions réelles, bruit, luminosité …)

Ces éléments sont autant d'informations que l'utilisateur web doit considérer (traiter) et auxquels il doit réagir (ignorer ou assimiler) s'il veut trouver l'information qu'il cherche. Ils apparaissent sur chaque site, sur chaque page de manière différente. Ils conduisent souvent à d'autres options et, par conséquence, à le dévier.

La valeur perçue est la valeur subjective attribuée à un produit ou à un service par rapport à un objectif.
NNgroup

Habituation limitée

Après avoir passé quelques minutes sur un site, l'utilisateur semble mieux l'appréhender. Il gagne en expertise au fur et à mesure de ses utilisations. L'habituation consiste à développer des réactions en cohérence avec les stimuli. Ce phénomène d'habituation sur un site en particulielr, c'est l'apprentissage interne.
L’utilisateur web y est presque. Il fait appel à toutes ses ressources. Arrivera-t-il à terme de cette épreuve ? Pas sûr.

C'était sans compter sur :

  1. Les problèmes de conception (dark pattern)
  2. La mauvaise qualité du contenu (obsolète, bourré de fautes)
  3. L’architecture fastidieuse (une navigation aléatoire)
  4. La pollution publicitaire (le contenu n’occupe qu’une place réduite et se présente discrètement)
  5. La multiplicité des écrans et de navigateurs (affichage variable)
  6. Le débit arbitraire (d'un lieu / moment à un autre)
  7. Ses aptitudes intellectuelles et physiques (perception, mémoire, fatigue …)
  8. Ses préférences culturelles et personnelles (préférence pour une navigation avec le clavier)

La capacité mentale humaine est limitée. Et la page web est un espace défini (par l'écran), dans lequel le nombre d'informations peut être infini. L'attention de l'utilisateur web est donc souvent saturée par toutes ces informations. La concentration de l'utilisateur devient plus forte, alors que sa mémorisation est amoindrie. Si l'utilisateur a développé des comportements (réactions) pour naviguer à travers une page web. Traiter une page web relève d'un autre niveau d'attention. Seulement une fois que l'attention a été épuisée pour naviguer, traiter l'information semble être compromis.

Et je ne vous parle pas de l'utilisateur :

  1. novice
  2. présentant un dysfonctionnement sensoriel, intellectuel ou moteur (temporaire ou non)
  3. avec des particularités psychologiques et perceptives (anxiété, daltonisme)
  4. enfant
  5. senior
  6. étranger
  7. qui navigue sur plusieurs pages simultanément
  8. sur mobile

Web consensuel

Pour palier à cette multitude d'informations, l'utilisateur web reproduit des schémas sur la base de ses expériences précédentes. Lorsqu'il voit quelque chose sur la plupart des sites web, ils s'attend à retrouver le même modèle sur les autres sites. Cette prise en compte des conventions est fondamentale en conception web, puisqu'elle permet de s'assurer que l'utilisateur comprenne le mode de fonctionnement du site avant de l'utiliser. Les conventions sont de tout type : emplacement, terminologie, format, comportement ... Le web est devenu consensuel mais ces standards servent-ils l'intérêt de l'utilisateur ?

Ces pratiques tuent lentement le web et je ne sais pas si les entreprises le réalisent.
Outline

Un web où la valeur ajoutée n'est pas l'information

Lorsque l’utilisateur web consulte une page, il est motivé par la recherche d’une information particulière, souvent dissimulée dans les méandres de la page. Cette information (recherchée via le moteur de recherche), c’est la raison de sa visite. Et c'est cette information qu'il s'agit d'extraire de toutes les autres pour enfin lui permettre de se concentrer sur celle-ci et d'en estimer sa valeur.
Ça y est, on y est. Quelle expérience tumultueuse ! L’utilisateur est enfin arrivé à bout de son périple. L'information est sous ses yeux. A-t-il encore la force (et le temps) d'en défnir son utilité ? J’ai un doute.

Je termine sur ce premier lien de HollandaisVolant et celui-ci (relayé par Developpez.com), qui résument l’état actuel de la page web. Il y décrit des pratiques web irrespectueuses de l’utilisateur.

 

 

 

⠚⠑ ⠙⠑⠙⠊⠑ ⠉⠑ ⠏⠗⠕⠚⠑⠞ ⠁ ⠓⠁⠃⠕⠥⠊⠃⠕⠥⠊

2017/18 • wEbthics 99.99% DIY Code ⠓⠁⠃⠕⠥⠊⠃⠕⠥⠊